Information Jeunesse

La jeunesse : élément structurant du Contrat de l'agglomération

La jeunesse est le troisième axe transversal obligatoire des contrats de ville selon la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine. Cette thématique s'inscrit dans le cadre des orientations nationales fixées par le comité interministériel de la jeunesse du 4 mars 2014 qui ont pour ambition d'agir non seulement pour la santé, le logement, l'emploi, les conditions de vie des jeunes mais aussi pour leur place dans la société et dans la vie publique.

En 2011, les moins de 25 ans représentent près de 950 à La Moustey. Les quartiers prioritaires se distinguent par une proportion de jeunes de 0 à 17 ans supérieure à celle de l'agglomération : les enfants âgés de 0 à 6 ans vivant à La Moustey représentent 41% des 0 à 6 ans de la commune, alors que le quartier représente 32% de la population municipale. Souvent en difficulté pour accéder à l'emploi mais aussi à l'offre de loisirs, culturelle et sportive proposée sur le territoire de l'agglomération, les jeunes font l'objet d'attentions particulières pour compenser celles-ci, avec une offre spécifique dans les quartiers et un accompagnement dans leur prise d'autonomie et de mobilité pour accéder à l'offre de loisirs "banalisée".
Les partenaires du contrat de ville ont souhaité aborder la jeunesse au sens large c'est-à-dire en élargissant la tranche d'âge 15-24 ans à la fois au plus jeune dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire par exemple et aux jeunes adultes afin de proposer un accompagnement cohérent en termes de parcours scolaire puis professionnel. La thématique de la jeunesse est abordée dans les trois piliers du contrat de ville.

Le contrat de Ville constituera, en ce sens, un outil de mobilisation et de rapprochement des acteurs. Il doit permettre le décloisonnement des services et des actions assurant ainsi une meilleure prise en charge et un accompagnement global des jeunes selon une logique de parcours. Au sein de cette jeunesse plurielle par ses niveaux d'âges, ses origines, il est indispensable d’agir en direction de celle qui a le plus de difficultés par un accompagnement spécifique. En contrepoint, la jeunesse des quartiers populaires, filles et garçons, devra être appréhendée à partir de ses ressources, comme porteur de l’avenir du territoire, et non seulement de ses difficultés.

Renforcer l’insertion professionnelle des jeunes

L’insertion professionnelle est la première préoccupation des jeunes. Cet axe est majoritairement traité dans le volet emploi et développement économique du contrat de ville mais il est important de le rappeler dans cet axe transversal et d’insister sur la sécurisation et l’adaptation des parcours d’insertion professionnelle des jeunes. Ces derniers ne pourront être rendus réalistes et efficaces qu’avec un suivi coordonné dans le cadre du service public de l’emploi (SPE), une plus forte présence dans la proximité, l’articulation avec la lutte contre le décrochage scolaire notamment par sa prévention en accompagnant les collégiens et lycéens en difficulté scolaire ainsi que la prise en compte de la situation spécifique des jeunes sans qualification ou des jeunes diplômés.

Favoriser l’autonomie et la participation des jeunes

Il s’agit de favoriser l’autonomie des jeunes et la sécurisation de leur parcours dans leur globalité (logement, éducation, santé, mobilité, loisirs). Cet apprentissage de l’autonomie est sous tendu par les notions de responsabilité individuelle et collective. Plusieurs facteurs favorisent ce processus d’autonomie et permettent de gagner en confiance et en ouverture vers le monde

L’information

Parce qu’elle concerne la vie quotidienne sous tous ses aspects, l’information en direction de la jeunesse doit être un axe fort d’une politique d'autonomisation des jeunes : articulation du Bureau Information Jeunesse (BIJ) et partenariat avec les structures de quartier (centres sociaux, espaces enfants, espace ado…).L’information de proximité est construite dans une démarche partenariale à l’échelle des deux villes et de l'agglomération.

Le BIJ à Mont-de-Marsan

Le Bureau Information Jeunesse de Mont de Marsan est un service municipal qui a pour missions d’accueillir, d’informer et d’orienter les jeunes dans tous les domaines de la vie quotidienne.
À noter que le BIJ est un lieu ouvert à tous, donc également aux parents, aux bénévoles ou professionnels œuvrant pour la jeunesse.

Le BIJ est situé en centre-ville de Mont-de-Marsan au 15 rue Lacataye à côté du théâtre municipal.
Tél. 05 58 03 82 63
bij@montdemarsan.fr

Horaires d'ouverture
mardi, mercredi, jeudi et vendredi
de 10h à 18h
1 samedi par mois de 9h30 à 12h30

Les missions
Il concentre un maximum d’informations dans tous les domaines : loisirs, vacances, séjours en France et à l’étranger, culture, santé, vie pratique, etc... .
C’est aussi :

  • Un accompagnement de tes projets (départ en vacances autonome, association...)
  • Des temps d’information pour améliorer ton quotidien (forum jobs d’été, différents services gratuits...)
  • Un accès gratuit à des ordinateurs : traitements de textes, tableur, connexion à Internet pour les sites liés à l‘information jeunesse

La santé – L'éducation

La promotion de la santé, l’accès aux soins, l'accompagnement des parcours éducatifs des jeunes et des adolescents sont des enjeux primordiaux. Le contrat Local de Santé, l'Atelier Santé Ville et le PRE agissent déjà sur cette problématique essentielle pour l’autonomie et l’insertion sociale des jeunes, filles et garçons.

Le logement

L’accès au logement fait partie d’une des étapes de l’autonomie et de l’indépendance familiale. Cet accès devra être facilité par les aides existantes pour le logement autonome mais aussi par d'autres approches (colocation par exemple).

La mobilité

La mobilité « psychologique » est une composante à part entière de l'autonomie des personnes et doit être avant tout renforcée par les services sociaux auprès des personnes les plus en difficulté. Une action est à conduire pour une redéfinition des rapports entre centre-ville et quartiers périphériques. De même, les rapports entre équipements de référence centraux et ceux de proximité des quartiers doivent trouver un équilibre. Dans cet enjeu de mobilité, le transport est également un facteur important de l’insertion. L’accès au permis de conduire, à la préparation du code de la route, à des actions de prévention routière déjà initiées dans le CUCS sont privilégiés.