Patrimoine de l'Eglise

La mention de ces deux édifices religieux différents et voisins de quelques centaines de mètres signifie que la paroisse originelle de St-Genès a commencé à se démembrer pour donner naissance à une autre paroisse, celle de St Pierre du Mont dont le site dominant directement la vallée de la Midouze était plus adapté à une époque d’insécurité. La population de St-Genès, en position moins abritée a alors commencé à se déplacer vers le site de la nouvelle paroisse à la fois proche et plus sûr. Ainsi, le site originel de St-Genès, assimilable à l’actuel « St Louis » est remplacé comme noyau de peuplement principal par le site du bourg actuel, autour de l’église St Pierre constituée en prieuré et construite au XIème siècle par les moines maçons de l’Abbaye de St-Sever. De cette ancienne église de St-Genès-des-Vallées, il ne subsiste presque rien à l’heure actuelle, si une partie du mur occidental plus ou moins remanié et intégré à une vaste demeure bourgeoise de construction plus récente, siège d’une exploitation agricole, l’actuel « Château Saint-Louis

A partir du XIVème siècle, on assiste au déclin progressif de St-Genès devenu une simple annexe de St-Pierre ; des textes et actes notariés du XVIIème siècle parlent encore de la « chapelle St-Genès » que l'on commence à appeler chapelle Saint-Louis à la fin du XVIIIème siècle. Un document du diocèse d’Aire, daté de 1749 utilisé pour parler de l’annexe de « St-Pé-du-Mont » (on ne disait pas encore St-Pierre) porte la double mention « St-Genès ou St-Louis ».
L’appellation St-Louis a donc succédé à celle de St-Genès pour la simple raison que ces deux saints sont vénérés le même jour, le 25 août. En choisissant un saint plus moderne (XIIIème siècle pour Saint-Louis canonisé en 1297) que St-Genès (saint du IVème siècle originaire d’Arles) et surtout plus politique (protecteur des rois de France) on respectait la date du 25 août fêtée localement depuis l’an Mille.
Un autre document nous apprend qu’on y disait encore la messe en 1755 le dimanche matin et lors des principales fêtes de l’année liturgique et qu’elle était le siège d’une active confrérie de St-Louis qui regroupait deux cent personnes. De cette église de St-Genès - St Louis provient enfin la statue en bois de St Louis, peut-être offerte par la confrérie quelques années avant la Révolution et conservée depuis le XIXème siècle dans l’église paroissiale de St-Pierre où on peut encore l’admirer.

Carte de G. Delisle mentionnant la chapelle Saint-Louis

XIème siècle, au lendemain du transfert de population en provenance de "St Genès des Vallées", St-Pierre du Mont groupait autour de sa nouvelle église quelques modestes maisons rurales entourées de vignes. Les paroisses de St Genès et de St Pierre gardaient des liens étroits avec l’abbé de St-Sever qui disposait d’un droit de juridiction sur les habitants et percevait six deniers sur chaque maison de la paroisse.
La fondation de Mont-de-Marsan dans la première partie du XIIème siècle vient alors changer la donne.

Saint-Pierre-du-Mont s’écrivait au cours des siècles :

  • Saint-Pétri-de-Roqua
  • Saint-Pé-du-Mont
  • Saint-Pétri-de-Mont-de-Marsan
  • Saint-Pé-lez- Mont-de-Marsan