À la fin du Moyen-Âge

St-Pierre perd sa prééminence religieuse dans la mesure ou, en 1305, l'acte d'union des deux églises mères (St Genès et St Pierre) au nouveau prieuré de Mont-de-Marsan consacre l'existence d'une nouvelle paroisse dédiée à Marie Madeleine et prise sur le territoire initial de St Pierre du Mont.
La petite commune se consacre au fil des ans aux travaux agricoles traditionnels (vigne, grains ... ), aux activités de batellerie liées à la proximité de la Midouze : une confrérie de bateliers s'est établi sur les bords de la rivière au cours du Xllème" siècle comme en témoigne la présence dans l'église de St-Pierre d'un bateau, symbolique ex-voto dédié à cette ancienne confrérie des bateliers.

Les chemins de la commune étaient animés par le passage des troupeaux transhumant de moutons béarnais conduits par les bergers aspois qui, aux approches de la mauvaise saison, gagnaient les pâturages landais et garonnais jusqu'aux portes de Bordeaux.
Faut-il mettre en relation avec ce serment l’origine de l’emblème officiel de la ville de Mont-de-Marsan, à savoir les deux clés de St Pierre ?
Selon la tradition, une réplique décorée de ces clés est lancée par le maire de la cité montoise, depuis le balcon de l’hôtel de ville, à la jeunesse locale lors de l’ouverture officielle des Fêtes de la Madeleine aux alentours de chaque 20 juillet.

Particularité de Saint-Pierre-du-Mont, la fontaine « Saint Louis » était située à proximité de l’ancienne chapelle Saint Louis. Inutilisée aujourd’hui, elle aurait pu servir à guérir les rhumatismes…